Velib : lancement et pièges à éviter

Ca y est, bonne chose de faite : les vélos parisiens en location sont de retour

Velib'

C’est super pratique et ça économise les tickets de métro. Pas trop trop lourd (un peu quand même, surtout dans les côtes), selle réglable, 3 vitesses (un peu limite), freins limite (mais bon, vu la vitesse de pointe atteignable, on s’en fout), panier pratique, lumières permanentes (très bien).

Mais attention : coup classique : le soir (vers 23h) , en périphérie, il n’y a plus de place libre dans les stations. Normal vu que les habitants des villes périphériques s’en servent pour rentrer chez eux (pas pour aller au centre-ville). C’est ainsi que j’ai mis 1 heure de plus que prévu pour rentrer, récit :

  • 20 minutes pour faire Chatelet => Porte de Charenton en vélo. Plus rapide que le métro ! héhé … Mais là, évidemment, pas une place de libre
  • une quinzaine de stations plus tard, après avoir été à la Porte Dorée, puis Daumesnil, Montgallet, Gare de Lyon, Bastille, j’ai enfin trouvé une place près du métro Chemin Vert.
  • Soit 30 minutes de pédalage de merde ! Le vélo Velib’ devient bien encombrant et s’en débarasser, la galère !
  • Au Chemin Vert, je prends le métro : 8 minutes d’attente + 20 de trajets …
  • Merci Velib’

Alors pour ces 15 stations, pourquoi je n’ai pas pu y rendre mon vélo : soit elles sont en panne (erreur Windows ou bornes HS), soit toutes les bornes sont déjà prises.

Ceci dit la ballade fut sympa, j’ai rencontré plusieurs dizaines de pauvres cyclistes qui cherchaient, comme moi, désespérément  une borne libre. La solidarité, la compassion, voilà qu’on se sent solidaire et bien intégré dans la société. Bon à prendre ! Car à minuit passé, le chrono tourne !
Y a plus qu’à espérer que JC Decaux organise des rotations de vélos la nuit pour la périphérie…

Laisser un commentaire